Le Journal du Soldat Juif de Richard Bennaïm

Felix José Hernández

 

 

Le Journal du Soldat Juif de Richard Bennaïm

Paris le 14 septembre 2017.

Ce grand livre est un magnifique  hommage d'un fils à son père et aussi une excellente leçon d'histoire.

Un fils raconte son père, Albert Bennaim, né à Oran en 1915 dans une famille juive, nombreuse et modeste. Obligé de travailler dès l’âge de 11 ans, pour tenir la petite boucherie familiale, l’auteur raconte l’Oran juif des années vingt  et trente. A 19 ans Albert s’engage pour faire son service militaire, et là commence son Journal du Soldat Juif. Juif, parce que bien que la religion ne l’intéressait pas, il voyait sans cesse ses origines lui être rappelée. La guerre le rattrape et le voilà prisonnier en Allemagne : une première évasion échoue de peu, et une autre réussit quand il parvient à se faire passer pour aveugle.

Octobre 1942, retour en France, puis en Algérie où il attrape le typhus. Au moment de sa guérison, les Américains débarquent et Giraud interne les jeunes Juifs dans des camps de concentration.  Episode trop peu connu. Albert Bennaïm raconte le camp de Bedeau d’où il s’échappera en 1943 pour rejoindre les Forces Françaises du Général Juin embarquées sur les navires de guerre américains avant de se diriger vers l’Italie.

Dix-huit mois de campagne d’Italie : Albert, basé à Naples, est affecté à l’approvisionnement des troupes anglo-américaines dont il observe le pillage par la mafia. Il raconte avec humour, avec une grande passion, ces incroyables Napolitains et Napolitaines. Ces Juifs catholiques, comme il les appelle, qu’il observe, dans leur quotidien de guerre, dans leurs magouilles, dans leur religion et jusque dans leurs proverbes. Puis ce sera la France en 1945 jusqu’ à la Libération.

 C’est le journal passionnant, d’un homme avide de culture et surtout très malin. Passionnant parce qu’il dit son enfance, sa guerre, ses amours, ses relations avec les français, les allemands, les Italiens ou les américains avec une infinité de détails croustillants, d’observations très personnelles, de réflexions pleines de finesse. On redécouvre cette incroyable époque de la guerre vue par un jeune juif à qui rien n’échappe.

Ce récit a deux sources. D’abord pendant les dix dernières années de sa vie, les innombrables entretiens que le fils a insisté pour avoir avec son père afin de lui extirper tous ses souvenirs tapés sur un ordinateur au fur et à mesure qu’il les revivait. Puis un court journal de guerre manuscrit retrouvé peu de temps avant son décès.

Il a fallu onze ans de travail pour reconstituer les morceaux de ce puzzle et les resituer dans leur contexte historique.

« Un récit fort et touchant, émaillé d’anecdotes hautes en couleur sur les rites de ces Français originaires de l’autre rive de la Méditerranée. Un témoignage singulier, emblème d’une époque et d’une communauté. » Sabrina Nadjar. Femme Actuelle

« Au-delà du récit et de l’hommage d’un fils à son père, Le Journal du Soldat Juif est une inoubliable leçon de courage. Très documenté, ce livre apporte une infinité de détails et un éclairage différent sur cette partie de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. » Littérature

«Ce livre est un véritable chef d’œuvre d’humanité et d’amour…Quel chance vous avez eu d’avoir un tel père… » Paul Belaiche  Daninos (lauréat de l’Académie française).

Richard Bennaïm, fils du héros de ce journal est un industriel textile partageant son temps entre Paris et sa fabrique de Perugia en Italie. Au décès de son père en 2004, il a entrepris de raconter l’enfance juive algérienne (1915-1938) et la Deuxième Guerre mondiale (1938-1945) telles que vécues par Albert Bennaïm.

Le Journal du Soldat Juif. Richard Bennaïm. © Éditions Le Bord de l’Eau,  2017. Collection « Judaïsme », dirigée par Antoine Spire.  Format : 15x23. 310 pages. 22.00€. ISBN : 978-2-35687-571-4

Publié par Félix José Hernández.